Vous souhaitez devenir consultant-formateur : "the" gag !!


Cette « offre d’emploi » vue sur Emploi Région, que m’a fait passer un collègue, ressemble à un mauvais gag !

VOUS SOUHAITEZ DEVENIR CONSULTANT FORMATEUR en vente et management, vds CAUSE RETRAITE, tout le nécessaire pour être opérationnel rapidement : ordinateur, scanner, caméra, vidéo-projecteur, valise tél., combiné TV cassette VHS, une centaine de fichiers word et powerpoint, une centaine d’ouvrages sur le sujet, etc, prix à débattre

Le futur retraité a-t-il travaillé depuis le siècle dernier ? Les livres dont il veut se débarrasser sont-ils aussi dépassés que son combiné télé/VHS ? Quel rapport entre « vous souhaitez devenir consultant-formateur » et le vide-grenier de ce personnage ? Et, plus généralement, comment une telle annonce est-elle passée comme « offre d’emploi » ?!!

La morale de l’histoire est triple :

(1) les sites d’emploi manquent cruellement de matière depuis quelques temps, y compris les plus institutionnels (ANPE ou APEC) ; la tentation est grande de publier du « n’importe quoi »*

(2) les fantasmes de certains ont la vie dure, en matière d’entreprise de conseil ou de formation, ou de prestation intellectuelle au sens large. Pas étonnant que certains rapaces essaient de leur voler un peu de chair, avant même qu’ils ne trépassent dans la jungle des créateurs ; c’est le cas de ce Monsieur avec son espoir de récupérer un peu d’argent avec des « centaines de fichiers Word et PowerPoint » !! c’est aussi le cas de certaines « écoles » de coaching, pas très regardantes, qui font payer cher une formation pas sérieuse que jamais le nouveau « coach » qui arrive sur le marché ne réussira à rentabiliser !

(3) devenir consultant est le produit d’une expérience, d’une formation et d’une méthode construite. C’est ce que nous avons observé en accompagnant des milliers de consultants depuis plus de 12 ans, au plan national, chez ITG. En Aquitaine, je vois plus de 200 personnes chaque année ; une partie de ces candidats créateurs va effectivement se lancer, via portage ou inscription au RC ; et une partie de cette partie est — ou sera — dans une réelle posture de consultant, avec le professionnalisme et les modes opératoires en cohérence. On peut vivre en tant que prestataire, voire même sous-traitant, et il n’est pas indispensable de s’auto-proclamer « consultant ».

(*) Un autre ami me le disait récemment : il tombe essentiellement sur des offres d’emploi émanant de sociétés qui n’ont pas d’existence avérée ou de solos qui n’arrivent pas à décoller et s’imaginent « pomper la sève » de commerciaux avec la vague promesse d’une rémunération, et parfois même d’un contrat de travail qui ne vient jamais. J’en connais un dans cette situation, qui a eu des salaires partiels et à retardement, mais aucun remboursement de frais et qui est allé aux Prud’hommes. La société qui lui a fait 2 bulletins de paye n’a pas d’existence légale, juste un individu qui a utilisé le nom de la société avec laquelle on ne connaît pas les liens exacts, si ce n’est commerciaux. Le tribunal a renvoyé à 9 mois plus tard, le temps de trouver qui tire les ficelles et a été à l’origine de l’offre publiée par l’ANPE.

Partager sur (Viadeo, Facebook, Twitter, Netvibes, etc.) :
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Netvibes
  • Posterous
  • RSS
  • Technorati
  • viadeo FR
  • Wikio FR
Share on Facebook
Post to Google Buzz
Bookmark this on Yahoo Bookmark
Bookmark this on Livedoor Clip
Share on FriendFeed
Share on LinkedIn

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.
  • Un réseau de consultants aquitains

    Commentaire reçu depuis Viadeo :

    Oui, vous avez raison, en mettant le fruit de son savoir, de son expérience, de ses outils en vente, ce futur heureux retraité aurait du préciser en quoi cela complétait l’offre de service du futur acquéreur.

    Indépendamment du prix de la vente comment s’assurer des conditions de réussite de ce transfert de connaissances et des meilleures pratiques.

    Réduire le fruit d’une vie d’expériences à un simple tarif, ce n’est pas valoriser notre métier et celui des autres.

    Cette approche perfectible ne répond pas à une autre question : Avec le départ massif des patrons de TPE et de PME, comment s’assurer que la richesse de leurs expériences ne disparaissent pas avec eux ? En effet, les outils ne font pas tout. il faut de la matière. Pour autant contenant et contenu sont intimement liés.

    Oui, les fantasmes ont la vie dure, tout ne se résume pas à des questions de transfert. Pour autant, nos conseils et formations reposent sur notre capacité à savoir transmettre nos préconisations, les modalités d’applications avec les freins et les conditions de réussite.

    Oui, devenir et être consultant sont des instants complémentaires de la vie professionnelle.

    Cordialement,
    Jean-Marc Farini
    Consultant en formation, Fortempo