Les mots et les valeurs du management

Ce week-end, l’émission « Business Club de France » de BFM Radio se déroulait dans la région Nord, avec notamment Sylvain Breuzard (Norsys). J’ai retenu quelques courts extraits de l’émission, qui illustrent bien les valeurs humanistes mises à mal par le monde impitoyable de l’économie financière.

Montage court (8 mn), ci-dessous : 

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Si votre navigateur ne dispose pas de Flash (iPhone par exemple), utilisez ce lien : BFM Business Club extrait. Pour écouter l’émission intégrale, télécharger le podcast sur le site BFM.

entreprise où il fait bon vivre

Je retiens les propos de Sylvain Breuzard, ancien président du CJD, qui parle de la nécessité d’innovation technique et humaine en période de crise dans sa SSII (Norsys). Il insiste également sur le choix des mots pour bien illustrer les valeurs qui sont le siennes. Par exemple, il appelle « padawans » ses stagiaires, comme ces apprentis qui apprennent sous la direction du maître Jedi. Il regrette qu’on associe « ressources » à « humaines », alors que l’humain est avant tout une valeur ou un capital. Sur le site web de Norsys, on voir le logo « Great Place To Work » (entreprise où il fait bon vivre) : 7ème au classement 2010 des entreprises françaises de moins de 500 salariés.

Je crois qu’en effet les mots ne sont pas innocents : ils contribuent à définir les valeurs des personnes qui s’expriment. C’est bien là le problème des mots pauvres, souvent anglais d’origine, et polysémiques. Quand on entend parler — à longueur d’ondes, si j’ose dire ! — de “problématique” à tord et à travers, on peut se poser des questions sur la valeur des mots ! Alors que ce mot était jadis un adjectif, il est devenu un tic de langage problématique. En tant que nom commun, une problématique est un ensemble de problèmes ou une grille de lecture, d’analyse, d’interprétation d’un problème, ou encore un problème considéré sous plusieurs angles ou plusieurs points à traiter.

Au lieu de : « La problématique des retraites », « C’est une problématique intéressante », « Votre problématique est difficile »… pourquoi ne pas varier son vocabulaire ? La question des retraites, l’enjeu est intéressant, le problème est difficile, le défi du chômage, les difficultés de la mobilité, …

”Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément”, disait Boileau. J’ai bien peur que la bouillie du langage ne traduise une bouillie de la pensée, elle-même révélatrice d’une bouillie des valeurs. Les valeurs du management ont besoin de mots clairs et précis qui véhiculent ce qu’ils sont censés véhiculer.

Partager sur (Viadeo, Facebook, Twitter, Netvibes, etc.) :
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Netvibes
  • Posterous
  • RSS
  • Technorati
  • viadeo FR
  • Wikio FR
Share on Facebook
Post to Google Buzz
Bookmark this on Yahoo Bookmark
Bookmark this on Livedoor Clip
Share on FriendFeed
Share on LinkedIn

Ce contenu a été publié dans langage, management. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.