Le coworking dans tous ses états !

A force d’entendre parler de coworking, certains se posent des questions : mais c’est quoi le coworking ? c’est pour qui ? pourquoi y’en a pas près de chez moi ? qui s’en occupe ? qui paye ?

Alors, c’est quoi le coworking ? La définition Wikipedia parle d’un “type d’organisation du travail qui regroupe deux notions : un espace de travail partagé, mais aussi un réseau de travailleurs encourageant l’échange et l’ouverture.” Le site “Mutinerie, libres ensemble” complète les explications et les enjeux de ce que ses promoteurs appellent une “révolution du travail”. Avec la multiplication des lieux possibles, le “coworking” devient à la fois un espace de réseaux et un réseau d’espaces, pour répondre à une double attente de lieux et de pratiques collaboratives. Les acteurs du web, des technos et de la communication, souvent entrepreneurs individuels ou indépendants, sont très représentés dans les espaces les plus connus, comme La Cantine à Paris. Pour autant, on note de plus en plus d’autres métiers présents : consultants RH, formateurs, traducteurs, salariés d’entreprises plus classiques, associations, etc.

C’est pour qui et pour quoi faire ? Les indépendants et autres autonomes, particulièrement de la génération Y, cherchent à briser la solitude ressentie à domicile, derrière leurs écrans d’ordinateur, mobile, voire tablette, en allant dans des “tiers lieux” qui peuvent être des espaces de coworking. Le cotravail, si l’on veut parler français, est un besoin de re-socialisation fort chez les entrepreneurs individuels. On y trouve des occasions de produire de la créativité, des nouveaux projets, du partage social. Lorsqu’on y est acteur, on développe assez naturellement des pratiques collaboratives et coopératives — qui en sont à la fois l’origine et la conséquence — et qui permettent ou devraient permettre de développer d’autres choses, telles que : la veille, la mise à jour de connaissances, la remise en cause, l’adaptation, les échanges inter-générationnels.

Comment ça se créée et ça fonctionne ? Initiative privée, associative, territoriale ? Qui finance ? Qui gère ? A Paris, il y a 3 modèles connus : La Cantine, La Ruche et Soleilles Cowork. Le premier s’est étendu à Rennes, Nantes, Toulouse et Toulon. L’association Silicon Sentier gère l’espace parisien, l’association La Mêlée l’espace toulousain, tous très tournés TIC, ainsi qu’à Toulon et Nantes, où l’association regroupe des entreprises. Le second format est celui de La Ruche, avec une vocation “d’innovation sociale et environnementale”. La Ruche n’a pas fait de petits ailleurs, pour l’instant. Idem pour la troisième approche, celle de Soleilles Cowork, “espace de coworking non sectoriel pour une nouvelle catégorie de professionnels nomades, « sans bureau fixe », notamment des femmes”, puisque créée par trois femmes pour donner de l’ampleur à leurs projets professionnels. Ailleurs, un certain nombre d’espaces ont vu le jour : voir le site coworking initiatives (menu “ils ont ouvert”). Strasbourg est géré par l’association Alsace Digitale. La Bo[a]te, à Marseille se veut plus large que l’inspiration de La Cantine, avec aussi des artisans/artistes, associations, journalistes, formateurs, etc. Coworking Lille accueille également un très large public. D’autres sont davantage centrés sur la communication, les journalistes, graphistes, comme L’atelier des médias à Lyon. D’autres villes sont en projet, telles Grenoble, La Rochelle ou Bordeaux, qui avait tenu son CoworkingCamp en novembre dernier à Bègles, mais dont les suites sont restées lettre morte.

Pas si simple de trouver un lieu, financer, lancer et gérer un espace de cotravail. A Bordeaux, par exemple, la Mairie vient de présenter un lieu et lance un appel d’offres pour recruter l’opérateur du lieu pour ouverture en 2012 : il s’appellera le Node. En attendant, certains se disent que l’appellation coworking sonne bien et peut constituer une occasion de faire du marketing pour rentabiliser un lieu destiné à un autre usage.

C’est le cas de l’agence Kaisen Marketing qui a “acheté des locaux trop grands et a eu l’idée d’en louer une partie” (site Location Bureau Bordeaux). Le centre d’affaires BuroClub de Bordeaux Grand-Théâtre vient de réaménager ses espaces (salles, bureaux) pour préparer un open space capable de recevoir des nomades (photo ci-contre). Cela en fera-t-il un espace de coworking ? L’avenir le dira…

A La Rochelle, deux jeunes entrepreneurs ont trouvé un local au port des Minimes pour leur projet de coworking, avec un véritable esprit de coworking (photos sur la page Facebook). En même temps, saisissant l’occasion, le centre de domiciliation et de location de bureau S-Pace en profite pour présenter son “concept de bureaux partagés, qui peuvent être séparés de demi-cloisons” (photo ci-contre) : mis à part le titre “coworking”, on ne reconnait pas grand-chose de l’approche de travail collaboratif, dans un lieu géré de façon plutôt communautaire…

Les consultants autonomes vivent l’interdépendance au quotidien. De vrais espaces et de vrais pratiques collaboratives peuvent leur permettre de développer les rencontres fortuites — ce qu’on appelle maintenant la sérendipité (trouver ce qu’on ne cherche pas) –, propices à la créativité et au développement du travail en réseau.

Lire aussi quelques billets autour du coworking.
Partager sur (Viadeo, Facebook, Twitter, Netvibes, etc.) :
  • Facebook
  • Twitter
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Netvibes
  • Posterous
  • RSS
  • Technorati
  • viadeo FR
  • Wikio FR
Share on Facebook
Post to Google Buzz
Bookmark this on Yahoo Bookmark
Bookmark this on Livedoor Clip
Share on FriendFeed
Share on LinkedIn

Ce contenu a été publié dans coworking, métiers du conseil, nomadisme, réseau. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.
  • Claire Simpson

    Bonjour! Super article qui pose une vraie question : il y a coworking et coworking, difficile de savoir si le mot recouvre un véritable esprit de travail collaboratif ou un simple concept marketing. C’est en tout cas une tendance qui se développe!
    Retrouvez toutes les infos des espaces qui ont ouvert leurs portes sur http://www.neo-nomade.com, l’annuaire du lieu de travail alternatif. Par exemple, à Paris, il existe aussi Community Space (http://www.neo-nomade.com/oasis_finder.php?id=28) et Next Coworking (http://www.neo-nomade.com/oasis_finder.php?id=461)
    Vous y trouverez également des centres d’affaires, des cafés wifi adaptés au travail nomade… N’hésitez pas à ajouter vos lieux favoris pour en faire profiter tous les nomades!

    • http://patrick3394.posterous.com Patrick REY

      Bonjour,
      Merci pour le commentaire. Je connais neo-nomade.com et LBMG Worklabs, puisque j’ai déjeuné et échangé avec Nathanaël MATHIEU, en février dernier, à Paris. Je n’ai pas eu de nouvelles depuis, comment va-t-il ?
      Cordialement,
      Patrick

      • Claire Simpson

        Bonjour Patrick,
        Nathanaël est en vacances en ce moment ce qui explique la confusion, mais il va très bien :)
        Les derniers mois ont été assez chargés puisque nous avons travaillé sur la nouvelle version du site, qui est désormais en ligne : http://www.neo-nomade.com.
        N’hésitez pas à y jeter un oeil, nous serions ravis d’avoir vos retours!
        Claire

  • http://coworkinglarochelle.fr Plabouheure

    Bonjour,

    Merci pour votre article fort intéressant !

    Cependant, il y a une erreur, la photo que vous éditez pour illustrer l’initiative de coworking à La Rochelle est celle d’un loueur de bureau traditionnel, pas celle du futur espace de Coworking des Minîmes (les photos du local sont sur notre page Facebook).

    Je suis à votre disposition pour toute information ;)

    Pascal Labouheure
    contact@coworkinglarochelle.fr

    • http://coworkinglarochelle.fr Plabouheure

      Désolé, j’ai fait une lecture erronée de l’article :(
      Patrick, votre traitement du sujet est tout à fait juste et exact :))

      Je file…je dois prendre rendez-vous chez l’opticien ;)

  • Hervé

    Bonjour,

    Je ne connais pas encore néo-nomade mais j’irai y faire un tour. Personnellement, pour l’instant, j’utilise eworky (www.eworky.com) qui permet  aussi de trouver des endroits où on peut travailler pour des périodes variables. Je vous le conseille: il est bien foutu et assez intuitif;)

  • Pingback: SOLOMO et coworking : quid du consultant autonome ? | Consultants autonomes

  • Maxi-me

    Hello,

    Un mot pour signaler une initiative intéressante :  Dojocrea  . C’est non seulement un espace de coworking mais aussi un réseau de pépinières d’entreprise qui propose des bureaux pas cher sur Paris (320 ? HT/mois), le tout sans durée d’engagement, sans caution, et sans frais d’entrée.

  • Christophe

    Bonjour, Merci pour cet article, je suis habitué de la location de bureaux avec des société comme http://www.regus.fr, dont je suis très souvent client. Leur plus, c’est un matériel mutualisé, est-ce qu’il est possible de retrouver un même niveau de « services » dans ces espaces de coworking dont vous parlez ?

    • http://patrick3394.posterous.com/ Patrick REY

      En effet, mon propos était justement de bien distinguer les métiers. Un centre d’affaires propose des services bien différents d’un espace de coworking. Les prix et les prestations doivent être différents, sinon y’a comme un bug !! Quand on voit des coworking louer des salles au prix d’un centre d’affaires, avec une ambiance, un accueil et un look coworking ou à l’inverse un centre d’affaires qui baptise coworking une simple salle de réunion agencée comme montré sur une des photos de mon billet.

  • Bonchat

    Bonne continuation ! les meilleurs chats